job-en-ligne

job-en-ligne

Qu'elle est la marge commerciale par Secteur d'Activité ?

Voici un classement sur la marge commerciale par activité

 

 

Grandes surfaces, librairies, boutiques de téléphonie, opticiens ou vendeurs sur les marchés : qui se réserve la marge commerciale ? Le Journal du Net dévoile le palmarès des secteurs d'activité.
Mais attention : la marge commerciale mesure l'excédent dégagé par les ventes sur les coûts des marchandises vendues. Ce n'est pas le bénéfice que réalise le commerçant, car il faut encore déduire la masse salariale, le loyer éventuel, les investissements, les impôts... 


Comment calculer une marge commerciale

 

Précisément, le taux de marge est égal à la marge commerciale divisée par le coût d'achat des marchandises hors taxes.

 

 

: Vente à distance, à domicile et par automate, 44,3% de marge commerciale.


C'est dans le secteur de la vente à distance que se pratiquent les bénéfices les plus élevées pour le commerce de détail. En limitant les intermédiaires, ces commerçants arrivent à afficher des prix bas tout en se réservant une marge confortable. De plus, ils s'affranchissent d'un bail commercial et d'une partie de la main d'œuvre.

 

Autrefois réservée aux traditionnels vendeurs par VPC (La Redoute, 3 suisses, les Editions Atlas...), l' emploi à domicile est de plus en plus conquise par des pure players de l'Internet, comme Venteprivee.com ou Cdiscount.


Nombre d'entreprises : 27 460 
Chiffre d'affaires 2008 : 17,9 milliards € 
Nombre de salariés (en équivalents-temps plein) : 47 720 

 

 

=> En complément sur le sujet, voici quelques livres à se procurer sur le sujet :

 

 

 

Inventer le commerce de demain

 

Réussir dans le e-commerce

 

Négocier et défendre ses marges

 

 

 

 

 

: Marchés, 43,3% de marge commerciale.


Les marchands compris dans la catégorie "marchés" doivent exercer sur la voie publique ou une place de marché. Leur commerce est donc généralement ambulant (essentiellement de l'alimentaire et du textile).

Attention : les producteurs qui vendent eux-mêmes leurs articles ne sont pas compris. 
Il est de coutume de considérer que les produits vendus sur les marchés sont moins chers que dans les magasins. Certes, le nombre d'intermédiaires est diminué, mais le profit pratiqué est très élevée : 43,3% en moyenne. La grande majorité de ces entreprises (91%) n'emploie aucun salarié.


Nombre d'entreprises : 84 390 
Chiffre d'affaires 2008 : 5,8 milliards € 
Nombre de salariés (en équivalents-temps plein) : 13 070 

 

 

: Autres commerces spécialisés, 36,8% de bénéfice commercial.


Le secteur "autres commerces spécialisés" regroupe les boutiques d'habillement, les maroquineries, les pharmacies, les parfumeries, les bijoutiers, les fleuristes, les opticiens, etc. 
Un secteur très disparate, où les bénéfices commercial sont assez élevées : 36,8% en moyenne. Le chiffre d'affaires a connu une croissance annuelle de 4,9% entre 2003 et 2008, un rythme deux fois plus élevé que celui de l'ensemble du commerce. 


Une performance essentiellement due aux pharmacies, qui ont vu leurs ventes fortement progresser. Le profit de ces derniers est cependant fixée réglementairement et est du coup beaucoup moins élevée que pour d'autres commerces.


Nombre d'entreprises : 141 920 
Chiffre d'affaires 2008 : 100 milliards € 
Nombre de salariés (en équivalents-temps plein) : 428 470 

 

 

: Commerce alimentaire spécialisé, 35,3% de profit commerciale.


Le commerce alimentaire regroupe tous les commerces de type boucherie, poissonnerie, boulangeries, pâtisseries, etc. 91% des entreprises de cette catégorie comptent moins de 6 salariés. 
Depuis 2003, ces commerçants sont en difficulté ; leur chiffre d'affaires diminue de 0,4% en moyenne chaque année et ne représente plus que 7% du chiffre d'affaires total des commerces. Pour survivre, ils pratiquent des marges commerciales assez élevées : 35,3%. 


Les artisans essayent de développer des produits à plus forte valeur ajoutée : un rayon traiteur pour un boucher-charcutier par exemple.
Nombre d'entreprises : 102 630 
Chiffre d'affaires 2008 : 31,6 milliards € 
Nombre de salariés (en équivalents-temps plein) : 204 120 

 

 

: Bricolage et équipement du foyer, 34,8% de marge commercial.


Le secteur "bricolage et équipement du foyer" comprend notamment les grandes surfaces de bricolage, les ventes de meubles et d'appareils électroménagers. 
Le bénéfice est assez élevée (34,8%) : soit les grandes marques "suggèrent" un prix de vente homogène aux distributeurs, soit les produits sont trop difficilement comparables, comme pour les meubles. Du coup la concurrence est moins rude que dans l'informatique par exemple. 


Le chiffre d'affaires du secteur a augmenté chaque année de 3,5% entre 2003 et 2009 mais a connu un net repli en 2009 (-2,6%). Chaque entreprise du secteur occupe en moyenne 5,3 équivalents-temps.


Nombre d'entreprises : 35 510 
Chiffre d'affaires 2008 : 47,1 milliards € 
Nombre de salariés (en équivalents-temps plein) : 189 610 

 



: Biens culturels et de loisirs, 30,4% de marge commercial.


Les commerces qui vendent des livres, journaux et papeterie ou des articles de sport, jeux, jouets et disques appliquent une marge commerciale légèrement supérieure à la moyenne des commerces de détail (27,6%).


A noter : de nombreux produits culturels, comme les livres et les journaux, ont un prix fixe. 
Les plus grosses enseignes, type Décathlon, Toys'R'us, Virgin..., avec plus de 20 salariés, ne représentent que 1% des effectifs de ce type de commerces. A l'inverse, une entreprise sur deux n'a aucun salarié.


Nombre d'entreprises : 21 810 
Chiffre d'affaires 2008 : 18,7 milliards € 
Nombre de salariés (en équivalents-temps plein) : 84 470 

 

 

: Informatique et communication, 25,2% de marge commerciale.


Le secteur "équipements informatiques et de communication" comprend la vente des ordinateurs, des unités périphériques et des logiciels ainsi que des matériels audio et vidéo. Ce sont par exemple les magasins Surcouf, Micromania ou The Phone House.


Dans un contexte de forte concurrence, ces entreprises limitent leur marge commerciale, qui est inférieure à la moyenne : 25,2% contre 27,6 % dans l'ensemble du commerce de détail. Ce qui ne les empêche pas de connaître une progression fulgurante de leur chiffre d'affaires : +20% par an en moyenne entre 2003 et 2009. 


Néanmoins on observe de fortes disparités : 92 % des entreprises du secteur ont cinq salariés maximum.
Nombre d'entreprises : 6 910 
Chiffre d'affaires 2008 : 8,5 milliards d'euros 
Nombre de salariés (en équivalents-temps plein) : 23 960 

 

 

: Alimentation générale et grands magasins, 19,1% de marge commerciale.


Le secteur "alimentation générale, grands magasins et bazars" comprend entre autres les grandes surfaces alimentaires, épiceries et magasins de surgelés. Il représente 4,9% des entreprises de commerce mais emploie 36% des salariés et réalise 44% du chiffre d'affaires du secteur. 


Il est de coutume de croire que le taux de bénéfices y est florissant ; or, il est largement en dessous de la moyenne : 19,1% contre 27,6 % dans l'ensemble du commerce de détail. Et c'est encore beaucoup moins dans les hypermarchés (14,4%).

En effet, les enseignes se rattrapent sur les importants volumes écoulés et bénéficient des économies d'échelle.


Nombre d'entreprises : 21 940 
Chiffre d'affaires 2008 : 190,5 milliards d'euros 
Nombre de salariés (en équivalents-temps plein) : 567 130

 

=> En complément sur le sujet, voici quelques livres à se procurer sur le sujet :

 

Inventer le commerce de demain

Réussir dans le e-commerce

Négocier et défendre ses marges

 

 

 

 

 

 


12/05/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 747 autres membres